Amsterdam – Prises 2 et 3

Geert van Kesteren © Helen Doyle 2011

Geert van Kesteren © Helen Doyle 2011

Bicyclettes d’Amsterdam © Helen Doyle

Après notre passage à FOAM, j’ai profité de ce voyage-éclair à Amsterdan pour reprendre contact avec Geert van Kesteren. Il y a quelques années, j’avais vu son impressionnant travail au Barbican Art Gallery de Londres. En fait, j’y étais allée voir l’exposition de Robert Capa et Gerda Tarot. J’avais déjà eu un coup de coeur pour Lee Miller des années plus tôt et voilà que grâce au livre de François Maspéro («L’ombre d’une photographe, Gerda Taro», Ed. du Seuil), j’avais découvert Gerda.

En plus de cette rétrospective, il y avait un autre espace consacré à la guerre en Irak ; c’est là que j’ai eu mon premier contact avec van Kesteren, qui exposait Why Mister Why? et Bagdad Calling. Je ne savais pas trop comment montrer ce travail, puisqu’on avait brillamment tapissé les photos sur les murs et la juxtaposition de toutes ces images procurait une vision nouvelle de ce conflit, provoquant un effet tout à fait troublant.

«Why Mister Why?» en transit © Helen Doyle

Geert nous a accueillis dans son studio situé dans une zone industrielle d’Amsterdam. Là, j’ai rencontré un photographe qui propose de fort intéressantes réflexions sur l’utilisation des images faites au cellulaire et sur la participation citoyenne. Geert se concentre sur un nouveau projet …mais nous a demandé de rester discrets…

Conny Luhulima © Helen Doyle 2012

Conny Luhulima © Helen Doyle 2012

Conny Luhulima, la compagne de Geert, est aussi photographe. Après avoir admiré son travail, nous avons eu des échanges riches à propos du métier et de ses exigences; des moments partagés où l’humain est au centre et qui laisse un goût de revenez-y.

À la fin de mon séjour, je n’ai pas résisté : je suis passée à la Galerie Métis, où Alfredo  Jaar et Letizia Battaglia ont exposé en octobre dernier. J’ai été accueillie chaleureusement par les galéristes, avec qui le contact s’est tout de suite établi.

De ce séjour à Amsterdam, il me reste comme une impression de visite à la famille.

Pleine lune sur le canal © Helen Doyle

Petites nouvelles : 1) je me rappelle avoir été très fascinée, au Barbican, par l’installation d’Omer Fast qui était, cette année, un des artistes mis à l’honneur au Festival dell’Arte à Florence. Zut! j’ai raté cela… 2) À voir à FOAM, en décembre : Black Passeport de Stanley Greene.

Publicités

A propos tatoumemo

Scénariste et réalisatrice de films documentaires, Helen Doyle vit au Québec, mais ses sujets l'amènent en divers lieux du monde. Avec son complice Germain Bonneau - qui collabore d'ailleurs à ce blog - elle produit certains de ses films à travers les Productions Tatouages de la mémoire A l’hiver 2011, Helen Doyle recoit, du CALQ, la bourse de résidence d’artiste à Rome, où elle travaille sur son projet : Appunti sur Pasolini, poète civil. En novembre 2012, elle termine, après un an de travail intense, son film Rapporteurs d'images - Dans un océan d'images, j'ai vu les tumultes du monde.... Un coffret réunissant plusieurs de ses œuvres accompagné d'une monographie sur son travail sont en préparation par Vidéo femmes et les Éditions du Remue-ménage.
Cet article, publié dans artiste, cinéma, photographe, photographie, Rapporteurs d'Image (H. Doyle), est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Amsterdam – Prises 2 et 3

  1. Jean Fiset dit :

    J’aime beaucoup les photos de Connie Luhulima et du canal à la pleine lune.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s