De l’automne 2011… à l’automne 2013 – un cycle

«La photographie donne à voir, bien sûr, des choses dures, des choses belles, la photo est une réalité adoucie ou plus violente, son instant décisif est trompeur, il n’’est qu’’un moment, on a besoin de savoir qui était l’’opérateur, quelle était son enfance, quelle était son injustice. On s‘‘apercevra tout de suite que toute photo n’’est pas neutre donc politique. Car la lumière, le temps, la distance, le choix, rien n’’est neutre. C’’est subjectif, c’’est affectif, c’’est politique, c’’est partiel…» Raymond Depardon, Images politiques

Voici la citation au complet de Depardon; j’ai du la raccourcir pour une entrevue écrite parue dans La Presse du samedi, 14 septembre 2013.

Depuis ce vendredi, on a droit à un «visonnement» sur grand écran, dans les conditions rêvées à Excentris. Depuis le début de ce projet, on imagine les images et les paroles de ces si attachantes personnes projetés sur un grand écran, qui prennent toute la place, qui nous envahissent, portées par le travail subtil de la bande son et de la musique… Pas de flafla, pas d’effets, de trucages; et pourtant, dieu sait si nous aurions eu des occasions de «s’amuser» avec tous ces logiciels de traitement de l’image… Non, hier soir, Dominique ma monteuse et moi-même, nous savions que nous avions fait le bon choix : celui de la simplicité pour que ces images émergent comme elles le devaient, sans être noyées dans un …océan d’images. J’espère juste que les projections au Clap à Québec et au Cinéplex Forum (pour la version anglaise, Frameworks) étaient aussi impeccables!

Quelle belle occasion de repenser à mes chers «rapporteurs d’images», comme Stanley Greene, du collectif NOOR, qui revenait de Syrie pour un reportage pour Polkamagazine.

tournage S.Greene ©Nicole Giguère

tournage Stanley Greene © Nicole Giguère

 Bertrand Carrière «commemoration» © Helen Doyle

Bertrand Carrière «Commémoration» © Helen Doyle

Dieppe -tournage © Nicole Giguère

Dieppe, tournage © Nicole Giguère

De nous revoir avec  Bertrand Carrière, qui se remémore, pour nous, son travail sur les plages de Dieppe…

Nadia et Nathalie, tournage à Paris 2011 © Nicole Giguère

Puis, dans les rues de Paris, cette ballade avec Nadia Benchallal avant un longue entrevue sur ce travail qu’elle ne cesse de documenter sur les femmes et l’islam : Sisters

Un détour chez le bédéiste – ou plutôt créateur de «nouvelles graphiques» – Séra, qui est aussi un peintre de talent…

Sera à l'oeuvre © Nicole Giguère P1010125

Sera à l’oeuvre © Nicole Giguère

Sera et son travail © Nicole Giguère P1020758_2

Sera et son travail © Helen Doyle 2008

Tournage Séra dans son atelier © Helen Doyle

Tournage Séra dans son atelier © Helen Doyle

Porte, atelier de Séra © Helen Doyle P1030090

Porte, atelier de Séra © Helen Doyle

Ciel mon Paris! © Helen Doyle P1030047

Ciel mon Paris! © Helen Doyle

Au retour, un petit tour à Zoom photo Saguenay où Nadia, curieuse de ce qui se trame au Québec, nous  accompagne. D’ailleurs, pour cette édition 2014, à la fin d’octobre, on retrouvera Nadia comme exposante… à Zoom. Voilà des moments de tournage que j’ai dû laisser tomber; ils ne cadraient malheureusement pas avec la facture du film. Il ne reste, dans le film, qu’un clin d’oeil… mais un grand coup de chapeau à ce superbe évènement…

Au Saguenay avec Nadia © Germain Bonneau 2011 P1030969

Au Saguenay avec Nadia © Germain Bonneau 2011

L’aventure de mon film, c’est aussi la rencontre avec des photographes qui n’en feront pas partie, mais avec qui on garde des liens : François Pesant, Renaud Philippe et d’autres dont ont continue à suivre le travail; comme Sarah Caron et Olivier Laban-Mattei, tous deux de retour au Québec cette année avec chacun une exposition…

Francois a reçu le prix Anthropographia; Sarah est de retour à Zoom; Olivier Laban- Mattei de retour cet été avec son projet en Mongolie; et Renaud me transmet régulièrement des images de son travail…

Puis un  rendez-vous à ne pas manquer juste avant Noël : FOAM à Amsterdam.

Amsterdam avant Noël © Helen Doyle P1040097

Amsterdam avant Noël © Helen Doyle

Amsterdam avant Noël © Helen Doyle P1040124

Amsterdam avant Noël © Helen Doyle

 FOAM dispositif Erik Kassel @Helen Doyle

FOAM dispositif Erik Kassel © Helen Doyle

Foam - 24 heures de FlickR © Helen Doyle P1040032

Foam – 24 heures de FlickR © Helen Doyle

À Foam, Niels et Sanders nous donnent un sérieux coup de main; comme nous, ils sont amusés – horrifiés? – par le constat que laisse cette exposition : deux pièces remplies de photographies, résultat de tirages de 24 heures de photos du site FlickR, une idée géniale de Erik Kessels.

Puis ce sera la rencontre avec Geert Van Kesteren; il nous propose son travail «Why Mister Why ?» sur l’Irak, et aussi son «Bagdad Calling», un projet pensé avec justesse à partir des images faites au moyen de téléphones cellulaires; des images citoyennes. J’avais vu ces images lors d’une exposition à Londres où je m’étais rendue, en fait, pour voir, au Barbican, les photos de Capa et de Gerda Tarot... Dans d’autres salles, à l’étage en dessous, j’avais été impressionnée par l’exposition sur l’Irak et le travail de plusieurs photographes et artistes. Une oeuvre-installation m’avait immensément plu, celle de Omer Fast (que j’avais croisé à Perpignan en 2008). Mais dans une salle, je m’étais retrouvée devant la murale composée de plusieurs photos prises au téléphone cellulaire… Cela m’obséda tant et tant que, n’ayant pu la filmer in situ, avec l’accord de Geert, nous avons reconstitué ce mur virtuellement, grâce à la persévérance de «l’infographiste» Guy Lessard. Geert nous avait aussi fait parvenir des entrevues réalisées par lui…

Tournage atelier de Geert Van Kesteren © Helen Doyle P1040112

Tournage atelier de Geert Van Kesteren © Helen Doyle

Geert Van Kesteren © Helen Doyle 2011 P1040104

Geert Van Kesteren © Helen Doyle 2011

Nous avons cru bon de créer une bande sonore, avec Benoît Dame et Catherine Van der Donckt, qui reprenait quelques phrases de ses entrevues… Mais voilà que j’empiète sur le montage sonore (que les spectateurs d’ExCentris remarquent et apprécient beaucoup).

Cela clos, je pense, le cycle des tournages de l’année 2011 et des moments qui restent indélébiles dans ma mémoire…

À suivre…

Publicités

A propos tatoumemo

Scénariste et réalisatrice de films documentaires, Helen Doyle vit au Québec, mais ses sujets l'amènent en divers lieux du monde. Avec son complice Germain Bonneau, elle produit certains de ses films à travers les Productions Tatouages de la mémoire A l’hiver 2011, Helen Doyle recoit, du CALQ, la bourse de résidence d’artiste à Rome, où elle travaille sur son projet : Appunti sur Pasolini, poète civil. En novembre 2012, elle termine, après un an de travail intense, son film Rapporteurs d'images - Dans un océan d'images, j'ai vu les tumultes du monde.... Un coffret réunissant plusieurs de ses œuvres accompagné d'une monographie sur son travail sont en préparation par Vidéo femmes et les Éditions du Remue-ménage.
Cet article, publié dans cinéma, Dans un océan d'images j'ai vu le tumulte du monde (H. Doyle), photographe, photographie, souvenirs, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s