À la découverte d’images enfouies (3) : Traces de mémoire

Scan 32

Marie, Karine, Andrée-Jo, André Fournelle, Linda Roy © Tatouages de la mémoire

Encore une fois, l’idée de réunir la tribu, cette fois autour d’un texte poétique, est passé par la tête d’Helen. Elle sortait de plusieurs années de réalisation autour de la folie. Après C’est pas le pays des merveilles, il y a eu Les mots maux du silence; puis l’accompagnement du groupe Auto-Psy avec deux productions, De la matrice à l’asile et La psychiatrie va mourir

Scan 57

« Décor » © Tatouages de la mémoire

La première version de son texte portait le titre « Pour un fou trop lucide ». C’est devenu « Tatouages de la mémoire ». C’est d’ailleurs ce nom qu’on choisira, en 2000, pour la compagnie de production, créée pour ce genre de projets un peu « fous »…

Nous voilà donc plongés dans ce texte poétique, loin de la folie, dans un onirisme conscient qui nous appelle, nous amène au-delà de nos entraves, de nos pudeurs. Ne pourrait-on pas rapprocher cela du « rêve éveillé » de Pol Pelletier?

Voilà ce premier personnage, Sarah du désert

Scan 54

Sarah (Andrée-Jo Milot) © Tatouages de la mémoire

Je traverse un long désert
Je suis la vague,
le sable doux,
l’horizon, les marées,
mes lunaisons

Je suis étendue
au cœur des dunes en jetant un dernier regard
au visage strié et ridé
de la terre

Mon mirage, mon oasis, mes vents, ma guerba,
Mon méhari, mon simoun.

Mon nom est Sarah,
Pense-t-elle sans cesse
En sortant de son rêve…

Scan 55

Sarah (Andrée-Jo Milot) © Tatouages de la mémoire

« J’ai besoin d’espace et de paysages… des terrains de jeux à apprivoiser afin de créer des tableaux oniriques » nous confie Helen.

Mais il y a cette autre Sarah, celle qui, bientôt, se métamorphosera, deviendra oiseau…

Scan 37

Sarah (Marie Décary) © Tatouages de la mémoire

On commence un tournage après une belle tempête de neige dans les montagnes de Tewkesbury.

Scan 38

Production à … « micro budget » © Tatouages de la mémoire

On fait tout avec des riens : des dentelles, des branches, du coton à fromage… Karine Lepp nous rejoint, collabore à la direction artistique avec ses maquillages et ses croquis. Marie Décary – qui a réalisé La chevauchée rose en 1981 – accepte de jouer le jeu de la transformation de Sarah en femme-oiseau.

Scan 25

Sarah – esquisses de Karine Lepp

 

 

Scan 41

Les joies d’un tournage hivernal…

Tatouages-tournage-1985

Karine, Madeleine Massé, Sarah (Marie), Germain © Tatouages de la mémoire

Vivre de ces mirages
Le jour lumineux, aveuglant
Le silence la rend sourde
Tout se couvre de frimas
Sa vie peuplée
Condamnée à l’errance

Scan 30

Sarah (Marie Décary) © Tatouages de la mémoire

Passe sur moi à tire-d’aile
au battement du corps

hululement… sifflement

Scan 29

Sarah (Marie Décary) et « Charlie » © Tatouages de la mémoire

Oiseau-velours
Rythmes         Simoun        Vibrations
Chante, mon Imazad,
ton chant. Murmure

scan-42

L’Oiseau Sarah © Tatouages de la mémoire

Je mue, mute, et renais
de nos souffles, d’un désir

scan-45

L’Oiseau Sarah © Tatouages de la mémoire

Il y a, semble-t-il, des traces de ce délire dans des histoires celtiques, mais aussi dans les contes amérindiens, nous apprendra plus tard Alanis Obomsawin… On sent aussi, à n’en pas douter, une influence de la présence de notre ami Juan Saavedra…

Scan 43

Juan Saavedra © Tatouages de la mémoire

Dans ce lieu désertique, de sable et d’errance sans fin, notre Sarah rencontre la déesse. Devient déesse. Possédée. Au son des bombos, elle danse, se perd, se trouve. S’inscrit dans le sable comme un tatouage sur la peau…

scan-63

Elisabetta La Commare © Tatouages de la mémoire

Scan 48

Carlos Saavedra © Tatouages de la mémoire

Les chevaux en furie s’entêtent à galoper
dans sa pauvre tête gelée

Elle cherche, dans les replis,
les traces pouvant lui rappeler
une cérémonie lointaine
inscrite en sa mémoire

Je suis le puits de mon désert.
C’est la seule raison de ma survie.

scan-65

Juan, Elisabetta et Carlos © Tatouages de la mémoire

Leurs sabots piétinent
et martèlent sa pauvre cervelle fêlée.
L’image d’un rituel revient sans cesse.

Elle danse, danse, déesse du désert.

Sans arrêt, elle danse, possédée

La Déesse

Scan 46

La Chamane – Elisabetta – et Juan © Tatouages de la mémoire

scan-50_2

Oscar, Carlos © Tatouages de la mémoire

scan-31_2

La Chamane – Elisabetta La Commare © Tatouages de la mémoire

Ainsi, de nouveau de passage au Québec, Juan, avec son neveu Carlos Saavedra, Elisabetta La Commare[1] et Oscar Sisto, ont accepté de poursuivre avec nous cette audacieuse aventure dans une carrière de sable abandonnée. Après avoir vu les premiers tournages (ceux de l’hiver, dans la neige), Juan improvise des chorégraphies mêlant à la fois bombosboleadoras et ses images d’oiseaux de son Argentine. Nous sommes tout à fait en symbiose…

[1] (Dans cet extrait, Elisabetta danse avec Luis Lopez dans le spectacle Saltimbanco. Depuis, Elisabetta s’est tourné plutôt vers les techniques de massage ayurveda, en particulier l’Abhyanga.)
scan-62

Juan, Elisabetta, Carlos, Christine G., Germain, Oscar, Nicole G. et Helen © Tatouages de la mémoire

Ces tournages épiques se termineront dans les dunes de Tadoussac, avec le double de Sarah, Andrée-Jo Milot. Elle nous propose à son tour un maquillage et un costume pour la Sarah des dunes

Scan 40

Andrée-Jo Milot, vestiges © Tatouages de la mémoire

E l l e  continuait son voyage
Au coeur du désert
E l l e  est son seul oasis

scan-56

Sarah (Andrée-Jo Milot) © Tatouages de la mémoire

Les événements
forment en soi des paysages
qu’on cherche constamment

À  r e c o m p o s e r

                                    Ils restent là
comme le mercure
vif-argent de nos passions

L e s   t a t o u a g e s   m o r d e n t   l a   p e a u

Scan 61

Sarah (Andrée-Jo Milot) © Tatouages de la mémoire

Autant de signes à découvrir
de codes secrets, de symboles
gravés à tout jamais

traces  souvenance  cicatrices
que l’on porte dans le coeur
dans le corps…

T A T O U A G E S   D E   L A   M É M O I R E

Scan 53

Helen, le fleuve et Sarah (Andrée-Jo Milot) © Tatouages de la mémoire

Ces mots, ces murmures, ces souffles d’âme, il reviendra à notre fidèle complice Sylvie Tremblay de leur donner vie, d’en exprimer le mouvement, d’y mettre son chant, pour qu’ils s’inscrivent dans nos corps. Elle en sera la narratrice et signera l’envoûtante trame sonore en compagnie de Sylvain Clavette et Claude Chaput.

En guise de conclusion, au-delà de ces réminiscences, des ces tatouages de la mémoire, il est amusant – et intéressant – de voir comment toutes ces merveilleuses personnes ont poursuivi leurs rêves…

Publicités

A propos tatoumemo

Scénariste et réalisatrice de films documentaires, Helen Doyle vit au Québec, mais ses sujets l'amènent en divers lieux du monde. Avec son complice Germain Bonneau, elle produit certains de ses films à travers les Productions Tatouages de la mémoire A l’hiver 2011, Helen Doyle recoit, du CALQ, la bourse de résidence d’artiste à Rome, où elle travaille sur son projet : Appunti sur Pasolini, poète civil. En novembre 2012, elle termine, après un an de travail intense, son film Rapporteurs d'images - Dans un océan d'images, j'ai vu les tumultes du monde.... Un coffret réunissant plusieurs de ses œuvres accompagné d'une monographie sur son travail sont en préparation par Vidéo femmes et les Éditions du Remue-ménage.
Cet article, publié dans cinéma, Danse, souvenirs, Tatouages de la mémoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s