La Ville Rose et ManifestO

La Ville Rose ! Bon, ça fait un peu cliché, mais elle est bien rose la ville de Toulouse[1]… comme le chante si bien Claude Nougaro.

p1100660

Toulouse 1 © Helen Doyle 2016

p1100667

Toulouse 2 © Helen Doyle 2016

p1100713

Toulouse 3 © Helen Doyle 2016

Tous les jours, je vais prende le métro place Claude Nougaro ou à la station du Canal du Midi  pour me rendre sur le site de l’événement ManifestO.

p1100806

Toulouse, le métro © Helen Doyle 2016

p1100789_2

Toulouse, ManifestO © Helen Doyle 2016

Et quelques fois, je descends une station de métro avant… ou après, juste pour me balader un peu. Et là sur une place…

p1100712_2

Toulouse, Nougaro© Helen Doyle 2016

…Nougaro, en personne, oserais-je dire!

Le premier vinyle que j’ai acheté à 12 ou 13 ans! Avec mon amie Monique, on était allées sur la rue Racine – la main chez le disquaire Marchand à Chicoutimi. C’était peut-être à cause du Jazz et de la Java, qu’il chantait sur la musique de Dave Brubeck.

p1100656

Toulouse 4 © Helen Doyle 2016

Mais aussi pour sa chanson Le cinéma

(…) Sur l’écran noir de mes nuits blanches
Où je me fais du cinéma,
Une fois, deux fois, dix fois, vingt fois,
Je recommence la séquence
Où tu me tombes dans les bras…
Je tourne tous les soirs
Y compris le dimanche…
Parfois on sonne, j’ouvre, c’est toi…
Vais-je te prendre par les hanches
Comme sur l’écran de mes nuits blanches ?
Non, je te dis :  » Comment ça va ?  »
Et je t’emmène au cinéma.

p1100636

Toulouse, St-Sernin et l’ABC © Helen Doyle 2016

Évidemment, je ne savais pas qu’un jour je présenterais une «vue» sur l’écran de l’ABC, à l’ombre de de la basilique Saint-Sernin. Mais aussi, en même temps qu’un sérieux concurrent ce soir là, notre Xavier Dollan national! Ce qui n’a pas empêché d’avoir une belle salle et des spectateurs et spectatrices de ManifestO. Une «vue» – sans le romantisme de la chanson  qui laisse voir, Dans l’océan des images, celles réalisées par des artistes et des photographes qui montrent les tumultes du monde.

Oui, Nougaro encore, avec sa chanson Armstrong qui me rejoint, surtout avec tout ce qui se passe aux  USA en ce moment…

Noir et Blanc, en couleur

C’est une belle invitation que ManifestO m’a faite!

Et je me retrouve là, au soir de vernissage à la Galerie Photon.

p1100522

Toulouse, ManifestO © Helen Doyle 2016

Un rendez-vous de la photographie
Sur les berges de la Garonne,
Près du Château d’eau,
Un village de containers maritimes au coeur de Toulouse… que je découvre avec Jeanine , une Toulousaine avec qui je vais me balader sur la Garonne.

p1100755_2

Toulouse, ManifestO © Helen Doyle 2016

p1100774_2

Toulouse, ManifestO © Helen Doyle 2016

Avec bonheur, je retrouve l’invitée d’honneur de ManifestO – et présidente du jury de sélection 2016 – la très chère à mon coeur Letizia Battaglia, en compagnie du directeur artistique, dont la générosité n’est pas la moindre des qualités, Jacques Sierpinski.

p1100524

Letizia Battaglia et Jacques Sierpinski © Helen Doyle 2016

Malheureusement, le soir de l’ouverture du site sur le Cours Dillon, quelque minutes avant l’inauguration, il se met à pleuvoir à boire debout.

p1100537_2

Toulouse, ManifestO © Helen Doyle 2016

p1100549

Toulouse, ManifestO © Helen Doyle 2016

Quelle chance de revoir Letizia, elle qui ne s’y attendait pas. Et de revoir aussi Nadia Benchallal. Je peux même, enfin, présenter l’une à l’autre ces deux dames «rapporteuses d’images» de mon film.. qui se rencontrent pour la première fois!

p1100543

Nadia Benchallal et Letizia Battaglia © Helen Doyle 2016

Pendant que sous la pluie on attend l’inauguration, Jacques déclare officiellement l’ouverture de ManifestO et l’ouverture des containers. Et de sa voix chaude et tonitruante, il  annonce la fin de la pluie! En effet, le petit miracle se produit : la pluie cesse… On va à la découverte…

p1100554

Toulouse, ManifestO © Helen Doyle 2016

Car l’originalité de ManifestO, qui orchestre cet événement depuis 2012, est de proposer des expositions dans des containers.

Les expositions de cette année prennent, le jour, d’autres apparences…

p1100575

Martine Lécuyer, ManifestO © Helen Doyle 2016

Marine Lécuyer, l’une des lauréates de cette année avec son exposition Tarifa – Tanger, m’explique que les exposantEs sont responsables de l’accrochage de leur espace.

p1100591

Toulouse, ManifestO © Helen Doyle 2016

p1100600

Toulouse, ManifestO © Helen Doyle 2016

Des écritures et des regards affirmés, un régal pour les yeux …et pour l’esprit.

p1100604

Toulouse, ManifestO © Helen Doyle 2016

Vous qui avez manqué l’édition de cette année, on peut en découvrir l’essentiel sur le site Web de ManifestO.

p1100587

Toulouse, ManifestO © Helen Doyle 2016

p1100581

Toulouse, les « bonnes bouilles » de ManifestO © Helen Doyle 2016

Débats et échanges… en plein air, entre une table-ronde : « Le photographe face à la violence, au droit et à l’intime » avec Letizia Battaglia et d’autres personnes…

p1100606

Toulouse, ManifestO © Helen Doyle 2016

Un atelier animé par Impossible Project sur le Polaroid® et la «renaissance» des pellicules avec une technique de transfert d’émulsion.

p1100634

Impossible Project, ManifestO © Helen Doyle 2016

Le jour, différents groupes viennent sur le site, «les scolaires, de la maternelle au lycée», me racontent Claire et Audrey, en nous montrant le livre d’or où les jeunes, après leur visite de l’éducation à l’image, écrivent leurs impressions.

p1100792

Toulouse, ManifestO © Helen Doyle 2016

p1100597

Letizia Battaglia, ManifestO © Helen Doyle 2016

On consacre trois containers à l’invitée d’honneur Letizia Battaglia qui, cette année, recevra plusieurs récompenses et dont le travail fait l’objet d’une grande rétrospective au Il MAXXI Museo nazionale delle arti del XXI secolo, à partir du 24 novembre à Rome.

p1100841_2

Livre d’or et mots d’enfants, ManifestO © Helen Doyle 2016

Un des gamins lui écrit ce mot charmant dans le livre d’or : «Brava Letizia… Tu était (sic) courageuse… Continue».

Oui elle a continué et persévéré, courageuse et brave Letizia, un modèle pour nous.

Un autre écrira : «J’ai beaucoup aimé les sexpositions» Ces mots d’enfant font sourire tout le monde.

p1100615

Dans un des containers, on peut voir et entendre une interview de Giuseppe Marrazzo, un document de la RAI Palermo-Corleone (Sicile) qui date de 1979 sur Rewind. (Ici, un extrait sur Youtube.)

p1100816

Claire, Jean-François, Audrey, Jacques et Nadia, ManifestO © Helen Doyle 2016

On trouve aussi, à ManifestO, une librairie-container, devant laquelle pose une partie de la belle équipe : Claire, Jean-François, Audrey et Jacques, que Nadia s’emploie à photographier .

«Au début, peu de femmes soumettaient leur travail. Mais maintenant, elles sont très nombreuses», nous confie Jacques.

p1100811

Jacques Sierpinski et Nadia Benchallal, ManifestO © Helen Doyle 2016

On parle de la violence et de la photographie, de la conservation et de l’archivage, qui restent un souci pour nous, documentaristes, tout autant que pour les photographes … L’archivage, la pérennité de notre travail, LA grande préoccupation de Letizia…

◊◊◊◊◊

En me baladant dans Toulouse,
mon 33 tours usé à la corde,
qui griche pour cette autre chanson,

Pour Marilyn
Quel est le film, le scénario
Qu’il te faut tourner de nouveau
Et dans quel néant s’illumine
Le néon de ton nom, Marilyn?
(…)
Nos vies ne sont qu’un bout d’essai
Pour qui, pourquoi, Dieu seul le sait
Toi qui connaît la fin du film
Dis Marilyn…

unknown

Marylin in La Rabia (2:21), Pasolini

En fredonnant cette chanson tout en me rendant à mon rendez-vous avec Letizia, je pense à ce passage que j’adore de La Rabia de Pasolini, qui fait écho… Je voudrais le partager avec Letizia, comme avec tout le monde croisé à ce beau rendez-vous de septembre. Comme un présent pour dire merci.

Et la nuit, Toulouse-la-Rose devient dorée et pose pour la carte-postale d’usage…

p1100683_2

Toulouse, la Garonne, l’Hôtel-Dieu St-Jacques, le Pont Neuf © Helen Doyle 2016

J’aimerais bien que les Toulousains puissent écouter mon ami Edgar Bori chanter Nougaro… que j’ai entendu le printemps dernier.

p1100571

Pleine lune à Toulouse © Helen Doyle 2016

Et je retourne au Québec avec cette autre jolie chanson de Nougaro, Tu verras, qui donne, tout de même, un peu espoir…

◊◊◊◊◊

[1] L’argile de la région utilisée pour les briques des maisons, une fois cuit, devient rose. Toulouse, au gré des changements de la lumière du jour, se teinte de reflets roses. D’autres villes portent ce surnom de Ville Rose, dont la capitale de l’Arménie, Erevan…

Publicités

A propos tatoumemo

Scénariste et réalisatrice de films documentaires, Helen Doyle vit au Québec, mais ses sujets l'amènent en divers lieux du monde. Avec son complice Germain Bonneau, elle produit certains de ses films à travers les Productions Tatouages de la mémoire A l’hiver 2011, Helen Doyle recoit, du CALQ, la bourse de résidence d’artiste à Rome, où elle travaille sur son projet : Appunti sur Pasolini, poète civil. En novembre 2012, elle termine, après un an de travail intense, son film Rapporteurs d'images - Dans un océan d'images, j'ai vu les tumultes du monde.... Un coffret réunissant plusieurs de ses œuvres accompagné d'une monographie sur son travail sont en préparation par Vidéo femmes et les Éditions du Remue-ménage.
Cet article, publié dans actualités, cinéma, Dans un océan d'images j'ai vu le tumulte du monde (H. Doyle), impressions de voyage, manifestation, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s