Palerme, un dimanche de février…

Palerme, un dimanche de février

La pluie, les grêlons sur la vitre

Un son de pop-corn qui éclate

dans un poêlon chaud…

Pourquoi suis-je venue à

la célébration de la Sant’Agata, moi

qui ne suis pas croyante?

En fait, c’est un peu la faute à Yvette Olier, la délicieuse compagne d’Ernest Pignon-Ernest… J’ai rencontré Ernest et Yvette lors du tournage de mon film Les Messagers en 2002, auquel ce grand artiste avait accepté de participer.

Depuis 1966, Ernest Pignon-Ernest crée des images éphémères sur les murs des grandes villes et il est un des initiateurs de l’art urbain en France. Sensible aux injustices, il traite des thèmes comme les expulsés (Paris, 1979), et le sida (Soweto, 2002) ; et des grandes figures comme Rimbaud, Neruda et Pasolini.

En avril 2017, alors que je suis à Rome – où je reprenais ma quête amorcée en 2011 : Sur les traces je devrais dire en écho à Pasolini – j’ai reçu une invitation à une représentation d’un film sur Ernest Pignon-Ernest à la Villa Médicis… Je dois aussi raconter cette belle anecdote : quelques mois, auparavant alors que je pensais ressortir de mes classeurs ce projet de 2011, j’ai reçu un message de Philippe Lavalette, directeur photo pour Les Messagers. Lors d’une promenade dans le Trastevere, Philippe a croisé Ernest en train de coller son Pasolini près du cinéma de Nanni Moretti… Ernest et lui se sont reconnus et il m’envoyait une photo souvenir, prise par Manon Barbeau, collègue réalisatrice et compagne de Philippe.

Ernest et Philippe_Manon Barbeau_2017

Philippe Lavalette et Ernest Pignon-Ernest, Rome 2017 © Manon Barbeau

Dès les premiers jours de mon arrivée, ma première visite est pour Luciana Capitolo. J’ai fait sa connaissance il y a six ou sept ans, alors que je photographiais un plaque commémorative posée sur son immeuble au 45 de la Viale Giacinto Carini, où Pasolini a vécu de 1959 à 1963[i]. Professeur dans un lycée, Luciana venait de signer une plaquette réalisée avec deux autres professeurs et des étudiants, Pasolini a Monteverde – la luce è sempre uguale ad altra luce. Puis, elle m’invita à pénétrer dans l’immeuble où elle est, en quelque sorte, familière de l’environnement du cinéaste, puisque son appartement se retrouve coincé, si on peut dire, entre celui de Pasolini et l’appartement de la famille Bertolucci. Ce moment émouvant se renouvelle à chacune de mes visites.

Luciana Capitolo-Monteverde_HDoyle_avril 2017

Luciana Capitolo, Monteverde © Helen Doyle, avril 2017

Six ans après mon premier séjour, mon amie Luciana et moi allons saluer Silvio Parello, gardien passionné de l’histoire et conservateur des souvenirs.

Silvio Parello-Monteverde_HDoyle_avril 2017

Silvio Parello, Monteverde © Helen Doyle, avril 2017

Silvio peint toujours dans son minuscule studio de la rue Ozanam et consacre encore beaucoup de temps à garder vivante l’image de Pasolini. Les murs avoisinants sont devenus par ses soins un vrai lieu d’exposition. On y voit entre autres la reproduction photographique du dessin d’Ernest, et même, une photo de lui, enfant, avec Pasolini ; il se reconnaît comme le Pecetto dans le roman de Pasolini, un surnom qui lui viendrait de son père cordonnier/savetier.

Silvio Parello-Atelier-Monteverde_HDoyle_avril 2017

Atelier de Silvio Parello, Monteverde © Helen Doyle, avril 2017

En fait, Silvio sait tout de Pasolini à Monteverde et récite par cœur des textes, des poèmes ; il chante, même, alors qu’on se promène parmi les « gratte-ciels ».

Un autre moment étrange à mon arrivé à Rome, en avril 2017. J’ai fait la rencontre du cinéaste, écrivain et journaliste David Grieco ; à son tour il me raconte qu’une personne qui lui est très chère, Laurenza Mazetti, lui a téléphoné pour lui demander de passer rapidement la voir. Il s’inquiète de sa santé, elle le rassure ; mais elle insiste. Il se rend donc à Campo dei Fiori pour découvrir, sur le mur de la maison d’en face, le fameux dessin d’Ernest, que ce dernier a aussi apposé sur les murs de Matera, d’Ostie et de Naples : la double silhouette fantomatique et grandeur nature de l’artiste italien portant à bout de bras son propre corps sans vie – comme une Pietà.

Quelle force vitale s’échappe de ce dessin d’Ernest et que, malheureusement, la photographie ne restitue pas pleinement. Je viens de la voir et de la photographier à mon tour ; on me dit que ce serait la seule qui reste qui n’a pas été vandalisé à Rome.

Pasolini-Pieta_HDoyle-Rome-2018-02

Pasolini… Pietà © Helen Doyle, avril 2017

« Cette image se présente comme une interrogation face à la société actuelle, dont il annonçait le côté acculturé. Il semble ici demander “Qu’avez-vous fait de ma mort ?” »

« Nous avons cette faculté de traiter les grands mythes héroïques, bibliques, non plus comme des choses exceptionnelles qui mettent en jeu des héros, mais au contraire des choses vécues par les plus humbles, tout en y repérant ce qu’ils ont de sacré. » (E. Pignon-Ernest)

Quel plaisir j’ai eu de retrouver à la projection Ernest et Yvette, mon amie Luciana Capitolo et Silvio Parello, et de voir ce film magnifique Se torno (si je reviens), réalisé par les jeunes gens talentueux du collectif Sikozel, un étonnant et talentueux collectif de jeunes gens à qui je dis chapeau bas ! D’ailleurs, je ne suis pas la seule à saluer ce film.

SeTorno-Sikozel

Se torno (Si je reviens) – Bis

« Je paye un prix pour la vie que je mène.

Je suis comme quelqu’un qui va descendre aux enfers.

Mais quand je reviendrai,

si je reviens,

j’aurai vu d’autres choses,

tant d’autres choses,

plus loin que l’horizon. »

Ainsi s’exprimait Pasolini, quelques heures avant son assassinat.

Lorsque, je parle à Ernest et Yvette de ma démarche et de ma recherche d’Ali aux yeux d’azur, et des lucioles, Yvette me demande si j’ai vu cette fête, Sant’Agata à Catane… Et voilà comment des pistes, des rendez-vous s’inscrivent dans mon carnet de notes…

Une photo dont j’ignore l’auteur mais où Pasolini semble approuver. Le travail magnifique de ces jeunes gens de Sikozel (voir leur site) et tout le travail de diffusion qu’ils arrivent à faire. Voici Un message d’Amandine, l’une des membres du collectif.

« Pour ceux et celles qui voudrait une DVD ; il tourne dans plusieurs festivals et salles en ce moment, nous sommes ravis. Nous ne sommes malheureusement pas à Rome. Luca et moi vivons en région parisienne, le reste du collectif dans la région milanaise.

« Merci pour la publicité que vous nous faites au Québec ! On peut envoyer des DVD par la poste, en échange d’un virement à notre association. Si cela vous intéresse, nous vous enverrons les tarifs et notre RIB. »

Enfin, en novembre dernier, je tombe sur cet article d’Elisabetta Povoledo, du New York Times, qui parle de mes amis et de Monteverde : « Pasolini’s Rome: Not the City of His Movies, but of His Life »

PasoliniAuRestau

Pasolini (anonyme)

[i] Voir [http://www.centrostudipierpaolopasolinicasarsa.it/roma/6939/]

Publicités

A propos tatoumemo

Scénariste et réalisatrice de films documentaires, Helen Doyle vit au Québec, mais ses sujets l'amènent en divers lieux du monde. Avec son complice Germain Bonneau - qui collabore d'ailleurs à ce blog - elle produit certains de ses films à travers les Productions Tatouages de la mémoire A l’hiver 2011, Helen Doyle recoit, du CALQ, la bourse de résidence d’artiste à Rome, où elle travaille sur son projet : Appunti sur Pasolini, poète civil. En novembre 2012, elle termine, après un an de travail intense, son film Rapporteurs d'images - Dans un océan d'images, j'ai vu les tumultes du monde.... Un coffret réunissant plusieurs de ses œuvres accompagné d'une monographie sur son travail sont en préparation par Vidéo femmes et les Éditions du Remue-ménage.
Cet article, publié dans actualités, appunti, artiste, cinéma, impressions de voyage, Pasolini, souvenirs, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s